On cherche des formateurs bilingues pour un programme de l’École de commerce automobile du Canada

Au moment où les concessionnaires de partout au pays peinent à pourvoir leurs postes de haute direction, l’École de commerce automobile du Canada (ÉCAC) étend son populaire programme de gestion de concessions d’automobiles à d’autres régions, et le collège est maintenant activement à la recherche de spécialistes bilingues de l’industrie pour enseigner au Québec.

Le programme, d’abord offert uniquement à Barrie, en Ontario, est maintenant enseigné ailleurs au pays. «La prochaine grande expansion sera le Québec», a dit Joseph Lauzon, agent de promotion pour l’École de commerce automobile. «Nous traduisons la matière des cours en français et recrutons activement des formateurs bilingues capables de donner tous les cours du programme en français au Québec.»

Au dire de M. Lauzon, le collège cherche des candidats bilingues qui possèdent au moins 10 ans d’expérience en concession ou dans le secteur. «Si vous êtes intéressé ou connaissez quelqu’un qui l’est, communiquez avec nous sur le site Web du programme de gestion de concessions d’automobiles». Vous pouvez également le joindre directement à joseph.lauzon@georgiancollege.ca.

La CADA est un ardent défenseur de l’ÉCAC et du nouveau programme de gestion de concessions d’automobiles. La Corporation en fait la promotion auprès de ses membres et a aussi son mot à dire sur le curriculum.

«L’industrie automobile vit des changements sans précédent. Il est de plus en plus important que les gens qui dirigent nos concessions soient bien formés et préparés à relever ces défis», a dit John White, président et chef de la direction de la CADA, en entrevue. «Une fois le cours offert en français au personnel de nos concessions québécoises, nous pourrons affirmer que nous avons un programme vraiment national et vraiment bilingue.»

L’expansion du programme permet en outre aux concessionnaires de garder leurs employés au Canada, ce qui est une solution plus efficace pour eux. «Ceux qui ont suivi le programme de l’ÉCAC nous disent que les cours ont été très profitables, assez exigeants et extrêmement pratiques, puisqu’ils établissent un lien avec leurs concessions», a expliqué M. White. Le programme obtient également beaucoup d’attention et de respect des constructeurs, a-t-il conclu.

 

Cliquez ici pour télécharger l'offre d'emploi